Rechercher
  • Karine MASSOT

Vers le Pied-Nu


Depuis quelques semaines, je reçois de nombreux messages privés de personnes me demandant mon avis, et mon aide au sujet des pieds de leurs chevaux. Tous pensent à se tourner vers le pied nu mais aucun n’a encore osé franchir ce cap.

Je vous donnerai ici les conseils et retours d’expérience d’une propriétaire de chevaux pieds nu et d’une gérante de pension. Il est clair et évident que les pieds des chevaux ne sont pas le centre de mon métier et qu’un professionnel qualifié avec une vraie formation au pied nu sera la seule personne en mesure de vous accompagner spécifiquement.


  • Pied ferré vs pied nu ?


Voilà un débat qui n’a de cesse de se renouveler. D’un côté les pros-fers dont l’argument principal est trés souvent “si le fer a été inventé, et est utilisé, depuis si longtemps ce n’est pas pour rien ! le pied nu c’est une nouvelle mode.” ou encore “Oui, mais moi mon cheval ne supporte pas de vivre sans fers.” De l’autre les pros-pieds-nu qui arguent “oui mais c’est plus naturel et sain pour le cheval” ou encore “Et les chevaux sauvages ils font comment ?” Il faut tout de même savoir que les premiers principes du pied nu actuel remontent à…. Xénophon ! 2400 ans, une mode qui perdure tout de même. Plus tard, c’est un vétérinaire, Brancy Clark, qui a à nouveau posé le problème sur la table au début des années 1800. Depuis cette époque, les professionnels (maréchaux, vétérinaires et chercheurs) continuent d’avancer sur le sujet. D’ailleurs les études scientifiques sur le sujet sont de plus en plus nombreuses. Avant toute chose, je vous conseillerai de vous demander objectivement pour quelle(s) raison(s) votre cheval porte-il des fers ? La très grande majorité d’entre vous en arriveront à la conclusion :

- soit qu’ils ne savent pas et on juste fait comme tout le monde,

- soit que les gens qui les entourent leurs ont toujours dit et répété que c’était nécessaire (discipline, pathologie, etc.) alors qu’ils n’ont aucune expérience du pied-nu,

- soit enfin qu’ils ont déjà essayé le pied nu et que cela n’a pas fonctionné (le cheval ne peut plus être monté comme avant) Si l’on résume mettre des fers à son cheval découle le plus souvent de croyances bien ancrées dans le monde équestre (autant chez les pros que chez les propriétaires) ou encore des besoins équestres. Attention tout de même, il y a parfois des situations qui nécessitent une ferrure plus ou moins longue : - L’usure de la corne est plus rapide que sa pousse - La discipline que vous pratiquez et l’effort physique attendu de votre cheval dépasse les capacités physiologiques du pied.

- Votre cheval présente une pathologie grave qui nécessite la pose d’une ferrure adaptée à plus ou moins long terme (certaines formes du syndrome naviculaire, certaines crises aiguës de fourbure, fractures, etc.)

Cependant ces cas sont extrêmement rares ! Seuls des professionnels (maréchal-pareur ou vétérinaire) ayant une formation technique solide sur le pied nu, pourront vous dire si vous êtes dans une telle situation.


  • Différentes methodes


Lors de votre démarche vers le pied nu, la première chose à faire surtout la plus importante est de trouver LES Professionnels compétents qui vont vous accompagner vous et votre cheval. Maréchal ou Pareur ayant une vrai formation au pied nu, vétérinaire sensibilisé au pied nu, un coach qui sait adapter sa pratique au physique du cheval et aux spécificités du pied nu, une pension adaptée, etc. Le pied nu ce n’est pas qu’une affaire de pied !


Côté maréchal/pareur, vous trouverez différentes approches : PEA (KC Lapierre), PEL (Guillaume parisot), Méthode Dct Strasser, Méthode Ramey, Jaime Jackson, etc. Je ne vous en conseillerai pas une plus qu’une autre. Prenez simplement le temps de discuter avec les professionnels que vous contactez afin de savoir quelle méthode ils utilisent et pourquoi.


Choisissez un pro en qui vous avez confiance, capable de répondre à vos questions, de vous expliquer ce qu’il fait et pourquoi (pourquoi il abaisse les talons, pourquoi un rolling plus ou moins important, etc.) mais également de vous aiguiller sur la gestion des pieds de votre cheval au quotidien. Ce dernier devra également prendre en compte la conformation d’origine de votre cheval. Il y a le pied et l’aplomb parfait… et puis il y a votre cheval, avec sa morphologie, ses pathologies, son passé, son environnement, vous et tout ce qui l’a construit depuis sa naissance. Tout comme un chirurgien ne s’amusera jamais à redresser une scoliose sévère en une seule opération, le maréchal/pareur devra adapter le parage aux aplombs et aux pieds que présente votre cheval afin de l’aider à obtenir, avec le temps, un meilleur pied. Il n’obtiendra pas le “pied parfait” en un seul parage (et peut être qu’il ne l’obtiendra jamais). Pour exemple l’un de mes chevaux présente un syndrôme High-low sévère et cela ne changera jamais mais avec le temps nous améliorons le problème petit à petit afin de lui offrir du confort dans ses pieds. Alors qu’il était clairement handicapé lorsque nous avons commencé à travailler sur ses pieds, il a une vie et un travail tout à fait normal aujourd’hui.


Parce que l’idée de base, elle est là : OFFRIR DU CONFORT à long terme, du confort dans ses pieds, dans son corps et dans l’ensemble de sa vie. Fuyez le plus loin possible tous les pros qui vous expliqueront “qu’un parage c’est un parage” et qu’il n’y a donc aucune différence entre un parage de ferrure et un parage pour du pied nu. Un pied nu est un pied fonctionnel qui s’évase sous le poids du cheval afin de répartir l’énergie emmagasinée, il n’y a rien de pire qu’un cheval pied nu avec un parage pas adapté.

  • Le pied nu atouts et inconvénients ?

Atouts: - Des pieds en bien meilleure santé. Presque toutes les pathologies peuvent être améliorées avec un pied déferré. Que ce soit des problèmes internes (syndrôme naviculaire, fourbure chronique, tendinite, problèmes de dos, problèmes circulatoires, etc.) ou des problèmes de pieds en soit (éclatements des parois, seimes, pourriture des fourchettes, talons fuyants, etc.). A mesure des parages, vous verrez la morphologie de ses pieds changer mais également la qualité de la corne. Avec notre maréchal-pareur, nous avons ainsi rattrapé bien des chevaux qui allaient droit dans le mur avec leurs fers (grosses pathologies osseuses, pieds encastellés, fourbures chroniques, etc.)

- Un cheval ayant une meilleure proprioception et par conséquent présentant un bien meilleur équilibre sous la selle qu’un cheval ferré. Cette vidéo parle d’elle même - Un cheval bien plus délié musculairement. Un cheval pied nu présente bien plus de souplesse dans son dos, ses épaules et ses jarrets.


Inconvénients :

- La période de transition est longue (6 à 12 mois). C’est le temps dont le pied à besoin pour se fabriquer une nouvelle boîte cornée physiologiquement saine. Cette période nécessite une réduction importante de l’activité sportive (en particulier sous la selle), très souvent mal vécue par le cavalier. Cette impatience est presque toujours à l’origine de l’argument “le pied nu, j’ai essayé mais mon cheval ne le supporte pas”. Cependant, de nombreux outils sont maintenant à la disposition des cavaliers pour les aider à réduire l’impact de cette transition sur le travail de leurs chevaux.

- L’entretien des pieds doit être bien plus régulier qu’avec un pied ferré. L’idéal est un entretien très léger toutes les semaines avec un parage plus fini toutes les 4 à 6 semaines max. Les propriétaires de chevaux pied nu doivent donc investir beaucoup plus de temps et d’énergie dans l’entretien des pieds de leurs chevaux.

- Enfin il faut faire face au regard des autres ! Et c’est, à mon sens, l’inconvénient le plus difficile à gérer. Les remarques acerbes et les jugements idiots sont légions dans un sport basé sur des croyances ancestrales et dont les pratiquants ricanent encore trop souvent sur les avancées scientifiques modernes.


Bref, avoir un cheval ferré c’est quand même beaucoup plus simple pour l’humain !


  • Activité Sportive


C’est une des questions qui m’est le plus souvent posée. Est ce que les chevaux pieds nu peuvent tout faire ? OUI, OUI et encore OUI !! Il vous faudra de la patience et beaucoup d’écoute durant la période de transition afin de ne pas mettre votre cheval en difficulté. C’est pour lui une véritable période de convalescence. Durant ces quelques mois, il va devoir retrouver des sensations qu’il ne connaissait plus, réajuster son schéma corporel en conséquence, guérir toutes les structures internes de son pied plus ou moins affectées par les ferrures successives. Vous allez devoir ajuster vos attentes et vos envies sur ses capacités du moment.. Donc en effet, bye bye les randonnées en collines durant la transition ou encore la pratique sportive intensive. Pour les transitions les plus difficiles, vous pouvez lui apporter de l’aide et du confort durant le travail grâce aux hipposandales, au Perfect Hoof Wear ou encore grâce aux fers collés (à réserver pour des événements tels que les concours), etc. Une fois la transition effectuée, toutes les disciplines sont à votre portée ! Dans nos écuries les pratiques sont quand même variées : Dressage, Obstacle, Complet, Randonnées (jusqu’à 3 jours), Travail à pied et bientôt Mountain Trail… le tout avec des chevaux 100% pieds nu. Il y aura toujours des moments où ce sera plus difficiles. Une paire de boots adaptée dans vos affaires ne sera jamais de trop.

Par exemple 3 jours de rando sur sols caillouteux c’est beaucoup pour leurs petons et une bonne paire d’hipposandales les aide beaucoup. Mais au final, les chevaux pieds-nu sont rentrés avec moins de contractures musculaires que les chevaux ferrés. De même, de grosses échéances de complet sur un sol particulièrement glissant (du genre la Bretagne) serait vraiment compliqué sans une paire de crampons.

Pour preuve, le nombre de cavaliers de hauts niveaux se tournant vers le pied-nu augmente de jour en jour et ce dans toutes les disciplines : Complet, CSO, Dressage, Endurance, Reining, attelage, trec, etc…. Jusque dans la police montée !


  • Le pied résultat de toute une vie !


Prendre la décision de passer son cheval pied nu, ce n’est pas juste lui retirer ses fers.

Il s’agit avant tout d’une philosophie de vie globale !

Si l’on se base sur toutes les études scientifiques sur le cheval, on sait que les besoins fondamentaux des chevaux sont : Une alimentation à base de fibre disponible au minimum 16h/jour, de l’espace afin de favoriser le mouvement, un environnement social riche avec des congénères amicaux et stables. On est d’accord, c’est une base. Apporter à son cheval une vie saine et confortable demande, in fine, d’autres paramètres importants.

Bref, un cheval qui vit en box 23h/j ou même ne serait ce que 12h/j et qui a un équilibre alimentaire basé sur un apport important en céréales aura des pieds beaucoup plus fragiles et donc une période de transition beaucoup plus longue et difficile qu’un cheval qui aura des conditions de vie optimales. Alors pourquoi c’est si important ? - L’alimentation est tout de même à la base de tout le fonctionnement du corps. C’est grâce à elle qu’il vit.

Elle peut donc influencer directement la qualité des cellules qui le compose. Une alimentation équilibrée et adaptée à l’organisme qu’elle nourrit permettra à ce dernier de construire des cellules saines mais également de le maintenir dans un état d’équilibre. A contrario une alimentation carencée ou peu adaptée (comme le fast-food) créera rapidement des dysfonctionnement plus ou moins apparents. L’alimentation a un rôle majeur dans la gestion des pieds d’un cheval.


- Le second point essentiel dans la gestion du pied-nu c’est...LE MOUVEMENT ! Fortifier un pied lui demande un entraînement lent, long et adapté. Or cet entraînement est optimal lorsqu’il est fait au pas dans un sol abrasif plusieurs heures par jour. De cette façon le pied se renforce en ayant une abrasion légère mais régulière. Il faut donc privilégier une vie en extérieur ad libitum avec des déplacements lents constants sur un sol adapté. L’idéal pour leurs pieds étant les aménagements tels que Paddocks Paradises, Ecuries Actives ou Confortable Natural Life Paddock.

- Enfin, outre la composition, l’état des sols est juste déterminant pour la santé d’un pied. Un cheval qui garde les pieds dans ses urines et/ou ses excréments toute la journée va obligatoirement développer des pathologies plus ou moins marquées (pourriture des fourchettes, fourmilières, etc.) et donc abîmer la structure du pied, le rendant mous et fragile.

Il faut donc veiller à lui offrir un espace de vie propre.


  • Entretien du pieds nu, guide des bonnes pratiques

Une fois que vous avez veillé à offrir un cadre de vie le plus optimal possible à votre cheval, à réévaluer vos ambitions sportives à ses capacités physiques, vous avez fait 95% du chemin… Et c’est déjà ENORME !!

Il ne vous reste plus qu’à vous investir dans l’entretien quotidien de ses pieds !

  1. Les études menées sur les pieds des chevaux ont déterminé que les différentes graisses à pieds étaient, au mieux inutiles au pire néfastes pour le bon équilibre hydrique du pied. Donc ici, ça fait longtemps qu’on a rangé les graisses à pied au placard.

  2. Un pied trop humide ça craint beauuuuucoup plus qu’un pied trop sec !

Et même dans un cadre de vie le plus optimal possible, il arrive que le pied se retrouve en contact avec une trop grande quantitée d’eau (pluies abondantes en hiver ou dans certaines régions, terrain qui draîne mal, etc.). Il est donc important d’apporter au pied un moyen de se protéger de cet excès d’eau passager. De notre côté, nous nous sommes tournés vers l’huile de cade (appliquée uniquement sur la sole et la fourchette) en utilisation occasionnelle pour palier à ses périodes difficiles pour les pieds. Elle nous permet d’assécher le pied, régler les pourritures de fourchettes éventuelles, rendre le pied plus solide.

  1. Un parage régulier reste la clé du succès. Toute les méthodes de pieds nus, se basent sur le fait que les chevaux sauvages entretiennent leurs pieds quotidiennement par les sols qu’ils foulent. Or, même dans un paddock paradise parfait, il y a peu de chances pour que votre cheval se retrouve avec des sols aussi rocailleux qu’en californie ou dans le bush australien. Ce sera donc à vous d’entretenir le parage avec un passage régulier de la râpe (surtout pour le rolling). Idéalement toutes les semaines.


  • Defférer son cheval, Les points à retenir !


AVANT

- Je choisis les pros adaptés pour nous guider mon cheval et moi

- Passer un cheval pied nu sans adapter ses conditions de vie aux besoins de son espèce… C’est possible ! Mais c’est l’art de faire compliqué quand on peut faire simple. - Mouvement, mouvement et encore mouvement… le plus souvent au pas. - Des sols adaptés dans le lieu de vie afin de garder les pieds au sec - Des parcs propres ! Un pied qui baigne dans les urines et les excréments, c’est un pied qui se meure.

- Une alimentation optimale assure un pied optimal

- Ne pas hésiter à complémenter son cheval pour l’aider à fortifier sa boîte cornée.

PENDANT - J’attends le moment de l’année le plus adapté pour sauter le pas (météo, vitesse de la pousse, etc.) et je demande à mon maréchal/pareur.

- Le cheval ne doit ni saigner ni boîter après un parage (même s’il peut présenter une sensibilité sur sol dur durant la phase d’adaptation)

- Le pied doit être équilibré longitudinalement et latéralement sauf grosse pathologie spécifique (dans tous les cas votre professionnel doit pouvoir vous expliquer).

- Le passage d’un pied ferré à un pied nu doit être progressive…. Le parage en période de transition n’est pas le même que sur un pied nu depuis toujours ou depuis longtemps.

- Votre cheval ne doit pas faire d’abcès à répétitions. Soit il y a un problème avec le parage choisi soit il y a un problème avec son mode de vie, soit il y a une pathologie sous-jacente.

- PATIENCE est le maître mot ! Durant la phase de transition vous allez devoir travailler à son rythme et non au vôtre.

- Je pense à garder un suivi physique complet de mon cheval durant la période de transition (et même après) : Ostéopathe et massothérapeute sont là pour accompagner les changements physiques importants qui s’opèrent dans sa posture.


APRES

- Le Rolling c’est LA BASE du parage (et ce peu importe la méthode), il assure la solidité du pied et doit être entretenu le plus souvent possible.

- On range la graisse à pied et on sort la râpe.


  • Pour aller plus loin


Il existe aujourd’hui nombres de formations afin de pouvoir entretenir soi-même son cheval pied nu. Je ne vous en conseillerai aucune, pour la simple et bonne raison que celle qui vous conviendra dépendra de la méthode que vous avez choisi, de vos affinités et de vos envies. Toutes les méthodes (ou presque) proposent leurs propres formations.


En revanche, vous pouvez déjà vous tournez vers le super livre de Xavier MEAL “Le Parage Naturel” aux éditions Belin. Il est clair, complet, accessible et surtout.. En Français !


Vous trouverez également de nombreuses informations sur les sites internet des pareurs les plus connus.

134 vues
persevere.png

Suivez nous ! 

ECURIES DE PERSÉVÈRE

Campagne Giotte et Paradis 

13980 ALLEINS

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc